Toanipics

Les mondes d'Anto

Le site est en complet chantier, et comme je dois rafraichir mes compétences en CMS de 10 ans, ça va prendre un peu de temps. Je vous remercie pour votre patience... et vous recommande mes comptes facebook et instagram en attendant.

Alors déjà, pour les potes graphistes, je signale que dans le cadre de l’IEF (instruction en famille) je commence à co-gérer ce blog avec mes enfants, et donc le responsable du code couleur c’est NumberOne qui, est, signalons-le, ça vaut la peine, daltonien type Nagel.

[Pourquoi est-ce qu’elle met toujours des notions sans les expliquer ? – pensez-vous le nez dans votre 3e café du mardi matin – je compatis. Pour une raison simple et opérationnelle : si la question vous intéresse, vous chercherez. Google est votre ami (non pardon, ce n’est pas exactement vrai, mais enfin, bon, bref, quoi). En tous cas ce qui est sûr c’est qu’on ne retient que ce qu’on a cherché par soi-même. Du coup je m’épargne une explication qui ne vous intéressait pas (Nagel) et qui me prenait du temps pas méga utile, alors que celle sur les modalités d’apprentissage et de mémorisation ne vous intéressait pas non plus, mais j’ai l’impression que c’est du temps perdu utile, laissez-moi vivre en paix mon sentiment d’utilité, je vous remercie ♥]

Bref, pour revenir à Gray, ce qu’il explique, c’est que les enfants jouent pour apprendre, tout le temps et en permanence. Ils jouent pour s’adapter au monde dans lequel ils atterrissent et y survivre. Concrètement, du haut de ses trois bougies presque quatre, mon dernier-né (qui est en motricité libre, y compris en draisienne dans la rue, je vous laisse imaginer à quel point je suis une mère inconsciente) joue énormément aux voitures. Il intègre. Et les enfants à Auschwitz jouaient encore, tant qu’ils en avaient la force, à des jeux permettant de renforcer leur capacité de dissimulation (on te cache la tête avec un tissu, quelqu’un te frappe, tu retires le tissu et tu dois deviner qui. Et surtout celui qui a frappé ne doit pas se faire repérer). Monde cruel, jeux cruels. Si votre enfant joue à GTA comme un pro à 10 ans, et en supposant que cela vous inquiète… inquiétez-vous au bon endroit. C’est-à-dire inquiétez-vous du monde dans lequel vous le faites vivre et auquel il est en train de s’adapter, pas de l’enfant. Les miens dégomment des zombies dans Minecraft – en y construisant des kilomètres de circuit de train automatisés – je vais éviter d’y penser trop ce matin.

Autrement dit, si je rêve qu’un jour mon petitou partage mon utopie d’un monde dépollué avec des vélos partout, ça ne sert à rien que je lui achète des figurines de vélo (j’ai essayé avec le premier, j’étais jeune). Il va continuer avec les voitures PARCE QU’IL EN A BESOIN. Je peux le forcer évidemment (mais je ne garantis pas la paix dans le monde avec le résultat d’un adulte formaté par contrainte). Mais si je veux vraiment être efficace, il faut que je construise un monde blindé de vélos, partout, et là, il jouera au vélo. Je vais peut-être aller migrer aux Pays-Bas, du coup ?

Dans le fond ça rejoint clairement ce que dit Greta quand elle nous assomme avec son « et vous comptez sur les enfants pour être les espoirs de l’humanité ? sérieusement ? »… non les enfants ne sont pas nos espoirs. C’est à nous de leur construire un monde où ils puissent avoir de l’espoir.

Et ça, ça change un peu la donne.

dessin_toanipics-10-au_trait

Que vos choix reflètent vos espoirs, et non vos peurs - Nelson Mandela ... et votre regard itou, parce qu'en ce moment on en a bien besoin - Ma Pomme

Contact Info

54 rue Fernand Rambert - 13190 Allauch - France

+33 6 88 39 60 84
contact@toanipics.fr

Horaires : sauvages et irréguliers. Essayez :)

Copyright thème ARK FRESHFACE ©  All Rights Reserved Copyright dessins : Boris Béalu aka Bobodesign