Toanipics

Les mondes d'Anto

Le site est en complet chantier, et comme je dois rafraichir mes compétences en CMS de 10 ans, ça va prendre un peu de temps. Je vous remercie pour votre patience... et vous recommande mes comptes facebook et instagram en attendant.

C’est particulièrement vrai pour nos enfants/ados « accros » aux écrans.
Avec un groupe de copains/copines à rejoindre et des terrains de jeux passionnants à explorer à leur rythme, ils sortent, sans aucun doute possible.
Rappelez-vous, quand vous aviez 10 ans avec le Petit Nicolas. C’est pas la télé qui vous arrêtait.
Ce n’est pas que les nouvelles générations soient indécrottablement accrochées à leur smartphone, rendues débiles par une technologie à laquelle elles ne peuvent résister.
C’est que ce sont des générations privées de liberté de mouvement. De liberté d’explorer. Privées de confiance et d’autonomie …à partir de quel âge ? Deux ans en moyenne. On a même inventé un nom à cette limite, celle où la demande d’autonomie de l’enfant rencontre la peur du parent qui commence à dire « non » : on appelle ça le « terrible two ». On dit que ce sont eux. Alors que c’est nous. Nous, les adultes. Parce que les adultes ont peur. Enfant, privés de liberté fondamentale, de 6h30 du matin à 21h, horaires qu’ils choisissent rarement, chaque putain de jour de chaque putain de semaine, week-end compris. Les adultes ont peur pour les gosses, ou peur d’eux-mêmes allez savoir, c’est la même chose, peur du dehors, pourtant le dehors c’est eux qui le font, activement ou passivement. Si personne ne prend sa voiture, il n’y a personne pour écraser ton petit, ma belle. Si tous les adultes s’indignent de la culture du viol au lieu d’en rire grassement en réunion, personne ne violera ta gamine, mon beau. Et ils ont peur du dedans, les adultes, de leurs gamins mêmes, qu’il faut occuper, occuper, sinon… sinon quoi ?
Les jeunes générations, elles s’adaptent : socialisent en virtuel, dès qu’il est accessible ou se droguent à la lumière bleue, addiction. Je les trouve si fortes, si longtemps. Elle n’abdiquent pas avant des années, avant… le travail, en général.
Et nous, qu’est-ce qu’on fait ? On limite les écrans. On légifère dans l’intime. On renforce le rapport de force. Ou on abdique. On place encore plus l’enfant à la place du débile (au sens propre, le faible, qui ne sait pas, en qui on ne peut pas avoir confiance). On se plaint d’eux en rigolant avec humour sur facebook « si tu veux voir ton ado, déconnecte le wifi ». Ils me font rire ces visuels. Mais si, je suis comme tout le monde. Et pas rire en même temps. On se dit que c’est normal parce que les autres ont les mêmes.

Sommes-nous donc des moutons ?

De ma prison, je m’échappais dans les livres, Myst et mon imagination. Et vous ?

Alors qu’on devrait raisonner nos peurs. Et surtout, changer le monde. Pour qu’il redevienne explorable. Et c’est pas en écrasant l’autre chaque matin qu’on va pouvoir y arriver.
Mais changer le monde, ça demande tellement de temps. Rien que de penser le truc, des mois. Moi il y a deux mois, je tenais encore ce discours limitant, pour le bien de mes gamins. Merci Maja. Tu m’a secouée, je t’en ai voulu, mais j’ai bougé. Retrouver la capacité d’agir, encore des mois. Je vous dis même pas comment c’est dur, les démarrages de l’ief chez nous. Ou d’oser écrire une chronique en colère.
Et le temps c’est pas comme si on en avait, hein ? On bosse. Du matin au soir. Parce qu’il faut croûter. Et c’est vrai, comment faire sans ? En plus, faire effort c’est vertueux. Personne ne nous le reproche. On le reproche à ceux qui ne le font pas. On les fliquent. De plus en plus fort, vous avez vu ? On nous a dressés à faire effort et avancer dans le sens du fleuve.
Il y a juste eux qui s’abiment dans leur interface au lithium.
Et si on changeait de lunettes ?
Ce faire effort, en réalité, c’est une zone de confort. Comment ferez-vous avec votre 45h/semaine (qui travaille réellement 39h ?) s’il n’y a plus d’eau ? Vous capterez celle qui reste au collectif parce que vous avez l’argent pour ? S’il fait trop chaud, vous climerez plus fort en mettant le son plus fort aussi pour ne pas entendre le cri de ceux qui n’auront plus accès à la monnaie pour payer l’électricité et qui crèveront de chaud ? Combien de temps allez vous tenir ? Tenir en restant à l’écart de ce qui est une guerre ? Et tenir à l’intérieur sans vous effondrer devant votre coeur de pierre ?

Ce n’est pas votre question, vous serez mort ? Que vous croyez… et quand bien même, ce sera la question de vos filles, de vos fils : c’est cela que vous voulez pour eux ? Sur ces rails-là que vous voulez les mettre ?

Changer le monde sans sortir des rails, c’est juste… pas possible.

Nous avons un besoin vital de retrouver la maitrise de notre temps. Parce que nous sommes pleinement capables de l’affecter au service de la collectivité. De notre plein gré.
Oui mais lui, là, qui va profiter sans rien faire ? Changez d’objectif, regardez-le à l’infrarouge : vous voyez comme il est glacé de l’intérieur ? Vous voulez vraiment lui en vouloir ? Il est malheureux. Personne n’a envie d’être à sa place. Vous voulez vraiment vous empêcher de profiter de faire sens au monde pendant votre court séjour à cause de lui ?

Ne croyez-vous pas qu’on mérite de vivre sans avoir le rappel que nous écrasons quelqu’un d’autre chaque fois qu’on enfile son slip (made in China) qu’on va au tri (dont on ne sait pas s’il sera vraiment trié ou partira dans une décharge sauvage en Indonésie) ou qu’on regarde la mer (en se demandant combien sont morts dedans cette nuit pour que notre zone de confort soit préservée) ? Qu’on mérite de vivre en réalisant ce pour quoi on est vraiment lumineux dans le monde et sans sacrifier le reste pour cela ? A son rythme ?

Ne croyez-vous pas qu’on mérite des enfants qui jouent ?

#partagerçaaide
#ecrans
#lienentreenfanceetcrise

Lecture support :

https://www.huffingtonpost.fr/johann-hari/causes-addictions-drogues_b_6643266.html?fbclid=IwAR0-7o9hPd8Eu5z0UoHiWxA_uWMYxLdJP5BNxVXdLHfskRiUguy7XGn8kls

dessin_toanipics-10-au_trait

Que vos choix reflètent vos espoirs, et non vos peurs - Nelson Mandela ... et votre regard itou, parce qu'en ce moment on en a bien besoin - Ma Pomme

Contact Info

54 rue Fernand Rambert - 13190 Allauch - France

+33 6 88 39 60 84
contact@toanipics.fr

Horaires : sauvages et irréguliers. Essayez :)

Copyright thème ARK FRESHFACE ©  All Rights Reserved Copyright dessins : Boris Béalu aka Bobodesign